A Josyane V.

L’homme n’est qu’une lampe ; elle en fait une étoile.

( Victor HUGO – Les Contemplations )


La pièce où elle se reposait était garni d’ouvrages précieux

Avec des auteurs variés dont un pamphlet audacieux

Le héros est un personnage aux griffes d’un lion.

Elle tourna la page car les hommes sont puérils

Avec leurs idées saugrenues et leurs biens en péril

Comme les Hébreux et David assiégeant Sion.

 

Elle était vêtue d’un déshabillé couleur diaphane

Et elle parcourut son livre de chevet avec sa tisane

Servie dans une tasse en porcelaine de Chine.

Elle songea…Hypatie est l’héroïne du livre de sa nièce

Avec du platonisme, des déités païennes et des vesces.

Le roman baigne avec les Héros, les ondins et les ondines.

 

Véhiculée par une pensée nostalgique, elle voyait Gabriel

Pleuré par son époux. Ils étaient frères comme Myriel

Et sa sœur dans « les misérables » de Victor Hugo

Dans sa librairie on voit les poètes et ce livre orangé…

Près d’elle son guéridon avec une fiole de fleur d’oranger

Symbolisant le mariage avec ses inévitables sursauts…

 

Elle est pensive. Minuit sonne. Elle songe sur son siège voltaire

A sa jeunesse fougueuse comme le cheval pie de Voltaire.

Elle se dit : « Nos enfants sont la consécration de nos existences…»

A l’église, elle ne prie pas mais elle observe les belles choses

D’où une soif de vrai amour et de connaissance en symbiose

Laissant vaguer son imagination, elle se dit : « Je prends mes vacances.»

Fait à Paris le 21 Sept. 2000

Fabrice Duniach

2 réflexions sur « A Josyane V. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *