Diogène

Au demeurant, les Grecs, ayant tenu une assemblée générale des états
De la Grèce, dans le détroit du Péloponèse, où ils résolurent qu’ils feraient
La guerre aux Perses avec Alexandre, y fut élu capitaine général de la
Grèce ; et là comme plusieurs, tant philosophes que gens d’affaires,
L’allassent visiter pour s’éjouir avec lui de son élection, il crut bien
Que Diogène le Sinopien, qui se tenait ordinairement à Corinthe,
Le dût aller voir aussi ; mais quand il vit qu’il ne faisait compte
De lui, mais se tenait au faubourg qui s’appelle Granium, il s’en alla
Lui-même devers lui, et le trouva couché tout de son long au soleil ;
Toutefois, quand il vit tant de gens venir devers lui, il se leva un petit
En son séant et regarda Alexandre au visage. Alexandre le salua
Et le caressa de paroles, et puis lui demanda s’il avait point affaire
De quelque chose. « Oui, répondit-il, c’est que tu t’ôtes un petit de
Devant mon soleil. » Alexandre prit si grand plaisir à cette réponse,
Et eut en telle admiration la hautesse et grandeur de courage de
Cet homme, de voir le peu de compte qu’il avait fait de lui, qu’au
Partir de là, comme ses familiers se rissent ensemble et se moquassent
De lui, il leur dit : « Vous en direz ce que vous voudrez ; mais certainement,
Si je n’était Alexandre, je voudrais être Diogène. »

Fait à Neuilly le 2 Mars 2012

Fabrice Duniach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *