Ô Mélibée

La philosophie enseigne en premier ce précepte :
Savoir exactement la dette due aux bienfaits,
S’en acquitter, c’est simplement la reconnaître.
Le philosophe reconnaîtra donc qu’il doit beaucoup
A celui dont l’administration et la prévoyance lui
Assurent un confortable loisir, la libre disposition
De son temps, et un repos que les affaires publiques
Ne troublent pas. « O Mélibée, c’est un dieu qui nous fit
Ces loisirs, car pour moi ce bienfaiteur sera toujours
Un dieu ! »

Fait à Neuilly le 2 Mars 2012

Fabrice Duniach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *