A une femme vertueuse

Tu rends la beauté plus belle.

                     ( Victor Hugo )


Marie est son nom. Elle vit au clos du roy

Près de Maubuisson. Elle a élevée ses « enfants

Rudes » et d’autres bambins avec sa foi

Chevillée au corps d’où son cœur attachant.

 

Au sein du foyer chaleureux ou sur l’artère qui luit

A l’ombre des rayons obliques, elle marche et chante

Des airs anciens avec une douceur infinie

Sa bonté est digne. Elle est loquace et éloquente.

 

Elle a fait, jadis, une chose rare et rationnelle.

C‘était un jour de grève dans les transports publics

Ce matin-là, elle est partie seule d’un pas solennel

Pour aller chercher un nourrisson à la clinique.

 

Durant quatre années, elle l’éleva avec amour

Et soin sans se soucier de sa progéniture

Son époux étant « ouvrier », elle sortait dans sa cour

Pour aller au devant de son pilier familial sûr.

 

La vie poursuit son chemin. Marie est devenue

Une femme respectable car elle est enseignante

D’une école d’où elle corrige des cahiers bien tenus.

Mais, hélas, son âme conjointe n’est plus vivante…

 

Marie est une femme vertueuse et le nourrisson

Qui a grandit lui témoigne toujours de la gratitude.

Il ressent une vive affection pour elle. L’homme est bon.

Il croit à Marie d’où émane une réelle béatitude.

                                              Fait à Paris le 31 Oct. 2000

 

Fabrice Duniach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *