La Bienveillance

La Bienveillance et ses règles


Cherchez, et vous trouverez.
En vérité, en vérité je vous le dis :
Celui qui veut conserver sa vie la perdra ;
Celui qui veut la donner la retrouvera.
( Jésus Christ )

« L’homme qui indique aimablement son chemin à un voyageur
égaré agit comme un flambeau où s’allume un autre flambeau ;
il n’éclaire pas moins quand il a allumé l’autre. » D’après cet
unique exemple, on voit qu’il prescrit de concéder même à un
inconnu tout ce qu’on peut lui donner sans dommage. De là ces
formules habituelles : « Ne pas empêcher de puiser à l’eau
courante, permettre qu’on prenne du feu, donner, s’il le veut,
à celui qui délibère un conseil de bonne foi », toutes choses utiles
pour ceux qui les reçoivent sans dommage pour qui les donne.
C’est pourquoi il faut y recourir et toujours apporter notre part
A l’intérêt commun. Mais puisque les ressources sont petites et
Qu’il y a une infinité de gens dans le besoin, notre libéralité
Envers tous en général doit rester dans la limite indiquée par
Ennius : « Votre flambeau n’éclaire pas moins… », pour avoir
La possibilité d’être généreux envers nos proches.

Fait à Neuilly le 3 Mars 2012

Fabrice Duniach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *