Ô Jérosme !

Tel Montaigne admiré par La Boétie

Tu es devenu, ô Jérosme ! , mon ami et mon mentor.

C’était un dimanche après-midi. Le temps était radieux,

Et l’astre oblique diffusait ses rayons qui réchauffent.

Tu as fait plus que d’aider ton prochain ce jour-là.

Jérosme, tu es humaniste, altruiste, libéral, bienfaiteur.

Ton naturel est la générosité et tu favorises la bienfaisance

Mais tu es sévère, rude et âpre, or cela est nécessaire

Car nous vivons dans un monde sombre et fâcheux

Ce dont attestent les nouvelles incessantes sur les ondes.

Ce qui frappe mon cœur et déchire ma poitrine

C’est la malnutrition dans le continent africain.

Saint Jérosme honore et considère Plutarque,

Le sage de Chéronée, le fondateur de la Biographie Parallèle.

Tendres baisers à la caressante et fidèle Gala.

Fabrice Duniach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *