Victor Hugo

elle marche et son port révèle une déesse.
( Virgile )

« … Banian pourvu de fruits plein de saveur
j’intercède avec spiritualité en ta faveur
pour entendre ton discours sur Dieu
et j’entrevois un chant lyrique et mélodieux ! »
la bise souffle sur une plaine élyséenne
et les êtres s’épanouissent puis interviennent
d’une façon incroyablement artistique
le Banian paré de ses fruits magnifiques
amorce son chant : « Dieu est omniscient
il est omnipotent. Il embrasse ce qui est, ô croyant !
dans les nues célestes, dans la vaste terre,
dans l’abîme incrustable des océans et des mers,
A l’endroit où chaque poil et chaque arbre poussent,
Où chaque feuille tombe, le nombre des mousses,
Des cailloux et des grains de sable, le poids
Des montagnes, le volume des mers, le froid
Glacial, le chaud torride, la densité des océans,
Les actions des hommes, leurs traces, leurs sangs
Qui irriguent leurs veines et leurs souffles vivifiants.
Dieu est grand, unique, omniscient et omnipotent
Nul lieu n’échappe à Sa science, ô l’élu de mon âme,
Il est beau, sublime, conciliant et sans drame… ! »
Muet de saisissement, l’oiseau écoute le Banian
Avec spiritualité et humilité, il lance un cri exaltant.
L’astre, dans cette plaine où la clarté s’étale,
Ajuste à son arc d’or un jet pénétrant et horizontal.
A l’ombre des hauts taillis et des piliers habiles
Paissent cerfs, biches, faons, antilopes graciles
Et tous les êtres de la création… Les oiseaux chantent
Et l’arbre assoupi soupire or, à ses pieds, les plantes
Exhalent un parfum exquis et on frissonne d’extase.
L’onde apaisée se gargarise de poissons sur la vase
Et les insectes ailés rient comme la fière libellule.
Dans une ruche, l’abeille pense et baise sa cellule.
Au loin, une femme, portant l’enfant en son sein,
Récite des doctes vers dédiés à l’amour divin.

Fait à Neuilly sur seine, le 1er Sept. 2012

Fabrice Duniach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *