Mlle Houzé

A Mademoiselle Houzé


houze
Érable à sucre en automne

L’aigle est perché sur la haute branche du banian
Il s’apprête, avec harmonie, à exercer son talent
Pour apporter, sans doute, l’argument massue :
« Dieu est-Il beau ? » La question semble inattendue…
l’arbre vénérable et profond secoue ses fruits
avec un soin infini, il materne les oisillons d’un nid.
Il écoute : « …le commandement de Dieu m’ordonne
De rendre claire cette question qui résonne :
Dieu est Beau, or pour atteindre la Sublimation
Qui est la subtile émanation de la Perfection,
Ton âme éthérée et spirituelle est en symbiose
Avec celle d’un saint et, en vertu de cette chose,
Tu sanctifies et tu sublimes la divine croix.
Car la beauté de Dieu et sa transcendance, selon moi,
Est la certitude des êtres avec notre Seigneur Jésus-Christ,
Le bien-aimé a souffert d’où nos vies tristes…
Dieu est beau, ce dont témoignent les Ecritures
Et les belles paroles susurrées par des Piliers sûrs.
Dieu, pour tout pécheur, est Très-miséricordieux.
Tout repenti sincère est accueilli chez les Bienheureux.
Pour tout ce qui est visible ou non, il est Connaissant
D’où nos églises vertueuses, nos temples ravissants,
Nos mosquées merveilleuses et nos synagogues vénérées
Pour le prier, le glorifier, le louanger, l’aimer
En faisant ce qui lui fait grandement plaisir
Comme vivre la passion de son fils martyr
Jésus a été conspué, humilié, flagellé et trahi
Dans sa souffrance, il porta sa croix alourdie
Et crucifié au Colgotha, il implora Dieu, son Père
Pour exhaler son âme. Marie, éplorée, est sa mère
Jésus rédempteur a vécu sa passion. On est ébloui.
Il accompli une œuvre divine au sein du Paradis. »
Le banian, silencieux et attentif, applaudit à grands cris
Et l’Aigle, au discours pénétrant, croqua un fruit.

Fait à Paris pour Pâques 2007

Fabrice Duniach

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *